Voyage en COLOMBIE (2017) – 02

.

Bon matin! Aujourd’hui, nous explorons un territoire vraiment très très spécial : La Guajira. C’est un territoire autochtone, appartenant à la très ancienne communauté Wayuu. C’est la communauté autochtone la plus nombreuse mais aussi, malheureusement la plus pauvre.    Paradoxallement, c’est la région du pays où les richesses naturelles non-renouvelables sont les plus abondantes (charbon, pétrole,…) Mais comme un peu partout ailleurs, ces richesses appartiennent à des intérêts étrangers et aucun retour n’est fait, ni à la région, ni à ses habitants… à ces communautés natives qui luttent depuis très longtemps pour continuer d’habiter les terres ancestrales.

Bon matin! Aujourd’hui, nous explorons un territoire vraiment très très spécial : La Guajira. C’est un territoire autochtone, appartenant à la très ancienne communauté Wayuu. C’est la communauté autochtone la plus nombreuse mais aussi, malheureusement la plus pauvre.
Paradoxallement, c’est la région du pays où les richesses naturelles non-renouvelables sont les plus abondantes (charbon, pétrole,…) Mais comme un peu partout ailleurs, ces richesses appartiennent à des intérêts étrangers et aucun retour n’est fait, ni à la région, ni à ses habitants… à ces communautés natives qui luttent depuis très longtemps pour continuer d’habiter les terres ancestrales.

 

 

Leur environnement est si particulier, unique, le plus grand « désert » du pays, qui ne reçoit que 125 mm de pluie par an! Contraste puisque cet habitat unique est en bordure même d’une énorme quantité d’eau : la mer des Caraïbes! Conditions de vie extrêmement particulières, pour le Wayuu et pour les oiseaux, où seul les plu adaptés peuvent y vivre! (Le Tyran gris est une espèce abondante ici! Moi qui ne l’avais jamais observé avant!)

Leur environnement est si particulier, unique, le plus grand « désert » du pays, qui ne reçoit que 125 mm de pluie par an! Contraste puisque cet habitat unique est en bordure même d’une énorme quantité d’eau : la mer des Caraïbes! Conditions de vie extrêmement particulières, pour le Wayuu et pour les oiseaux, où seul les plu adaptés peuvent y vivre! (Le Tyran gris est une espèce abondante ici! Moi qui ne l’avais jamais observé avant!)

 

 

La Conure cuivrée y est aussi abondante! Un peu plus généraliste que les oiseaux que nous nous apprêtons à voir, elle se tient dans tout le nord du pays.

La Conure cuivrée y est aussi abondante! Un peu plus généraliste que les oiseaux que nous nous apprêtons à voir, elle se tient dans tout le nord du pays.

 

 

 

 

Le gouvernement reconnait la richesse unique de cet endroit… À preuve, il en a fait un parc national: Los Flamencos. Ce parc abrite entre autres une grande colonie nicheuse de Flamants des Caraïbes (des milliers!). Des migrateurs aquatiques y viennent aussi en abondance! …D’autres migrateurs toutefois sont des raretés pas du tout assurées… C’est le cas de l’Ibis rouge que nous aurons la grande chance de trouver (un individu immature)..! Moi qui l’ai tant cherché un peu partout, le voilà enfin! (Un peu loin pour la photo… immortalisé à travers un télescope, mais « à cheval donné, (…) »!)

Le gouvernement reconnait la richesse unique de cet endroit… À preuve, il en a fait un parc national: Los Flamencos. Ce parc abrite entre autres une grande colonie nicheuse de Flamants des Caraïbes (des milliers!). Des migrateurs aquatiques y viennent aussi en abondance! …D’autres migrateurs toutefois sont des raretés pas du tout assurées… C’est le cas de l’Ibis rouge que nous aurons la grande chance de trouver (un individu immature)..! Moi qui l’ai tant cherché un peu partout, le voilà enfin! (Un peu loin pour la photo… immortalisé à travers un télescope, mais « à cheval donné, (…) »!)

 

 

Le parc est heureusement géré à part égale avec les autochtones et le gouvernement. Nous avons utilisé les services d’un guide Wayuu qui connaît les moindres secrets des spécialistes de cet écosystème unique! Par exemple, il savait exactement où il serait possible de voir notre premier ENDÉMIQUE très localisé : le Picume cannelle!!! Comme un pic-bois, mais minuscule… Il n’existe sur la Terre, qu’ici!!!

Le parc est heureusement géré à part égale avec les autochtones et le gouvernement. Nous avons utilisé les services d’un guide Wayuu qui connaît les moindres secrets des spécialistes de cet écosystème unique! Par exemple, il savait exactement où il serait possible de voir notre premier ENDÉMIQUE très localisé : le Picume cannelle!!! Comme un pic-bois, mais minuscule… Il n’existe sur la Terre, qu’ici!!!

 

 

 

À cause des conditions rudes de l’endroit, les oiseaux se sont ultra spécialisés et ne s’étendent nulle part ailleurs. C’est ce qui fait qu’il y a plusieurs endémiques très localisés. C’est le cas aussi du Saltator de l’Onéroque.

À cause des conditions rudes de l’endroit, les oiseaux se sont ultra spécialisés et ne s’étendent nulle part ailleurs. C’est ce qui fait qu’il y a plusieurs endémiques très localisés. C’est le cas aussi du Saltator de l’Onéroque.

 

 

Au-delà de l’avantage ornithologique indéniable de recourir aux services d’un guide Wayuu, nous participons aussi à la subsistance de cette communauté malmenée depuis trop longtemps par les compagnies avares de profits. Un autre endémique que nous aurons la chance de voir, après nous avoir échappé jusque là : le Colibri trompeur. Unique au Monde celui-là aussi!

Au-delà de l’avantage ornithologique indéniable de recourir aux services d’un guide Wayuu, nous participons aussi à la subsistance de cette communauté malmenée depuis trop longtemps par les compagnies avares de profits. Un autre endémique que nous aurons la chance de voir, après nous avoir échappé jusque là : le Colibri trompeur. Unique au Monde celui-là aussi!

 

 

Il y a aussi des endémiques régionaux, qui traversent la frontière sud du Vénézuela et qui n’existent que dans l’extrême nord de la Colombie, et l’extrême sud du Vénézuela, et nulle part ailleurs sur la Terre. Il y a entre autres le Araguira gris, en apparence juste gris, mais dont le mâle montre une crête rouge particulièrement grande pour défendre son territoire! Nous avons pu l’observer avec grand étonnement, sans toutefois pouvoir le photographier…

Il y a aussi des endémiques régionaux, qui traversent la frontière sud du Vénézuela et qui n’existent que dans l’extrême nord de la Colombie, et l’extrême sud du Vénézuela, et nulle part ailleurs sur la Terre. Il y a entre autres le Araguira gris, en apparence juste gris, mais dont le mâle montre une crête rouge particulièrement grande pour défendre son territoire! Nous avons pu l’observer avec grand étonnement, sans toutefois pouvoir le photographier…

 

 

Un autre endémique régional, la plus beau représentant que j’ai vu de toute la grande famille des synallaxes : la Synallaxe à moustache.

Un autre endémique régional, la plus beau représentant que j’ai vu de toute la grande famille des synallaxes : la Synallaxe à moustache.

 

 

La Synallaxe à moustache est tellement impressionnante par son plumage bien entendu, mais aussi, elle s’est montrée de façon ultra-généreuse (les synallaxes sont rarement vues de tous les participants d’un groupe, toujours très discrètes, cachées dans des buissons denses, etc…) Elle est l’exception qui confirme la règle!

La Synallaxe à moustache est tellement impressionnante par son plumage bien entendu, mais aussi, elle s’est montrée de façon ultra-généreuse (les synallaxes sont rarement vues de tous les participants d’un groupe, toujours très discrètes, cachées dans des buissons denses, etc…) Elle est l’exception qui confirme la règle!

 

 

Et le plus spectaculaire des oiseaux de la journée, attendu de tous et toutes : le Cardinal vermillon. Aussi un endémique régional! Il ressemble à notre Cardinal rouge mais avec une huppe mes amis! À rendre jaloux n’importe quel mâle Nord-Américain! Une beauté exceptionnelle! À noter que la femelle est MAGNIFIQUE elle aussi!!!

Et le plus spectaculaire des oiseaux de la journée, attendu de tous et toutes : le Cardinal vermillon. Aussi un endémique régional! Il ressemble à notre Cardinal rouge mais avec une huppe mes amis! À rendre jaloux n’importe quel mâle Nord-Américain! Une beauté exceptionnelle! À noter que la femelle est MAGNIFIQUE elle aussi!!!

 

 

À la toute fin de la journée, alors que nous sommes sur le chemin du retour, sans s’y attendre, une espèce exceptionnelle se pointe devant nous! OUI! Le Grimpar à bec rouge. Le grimpar au bec le plus spectaculaire! J’avais déjà vu son cousin du Costa Rica, à quelques reprises, hyper brièvement et pas bien du tout, mais là, il nous fait un vrai spectacle!!!

À la toute fin de la journée, alors que nous sommes sur le chemin du retour, sans s’y attendre, une espèce exceptionnelle se pointe devant nous! OUI! Le Grimpar à bec rouge. Le grimpar au bec le plus spectaculaire! J’avais déjà vu son cousin du Costa Rica, à quelques reprises, hyper brièvement et pas bien du tout, mais là, il nous fait un vrai spectacle!!!

 

 

Le bec hyper long et surtout très courbé du Grimpar à bec rouge est une adaptation à sa manière de s’alimenter, en cherchant des insectes dans les mousses et les lianes!

Le bec hyper long et surtout très courbé du Grimpar à bec rouge est une adaptation à sa manière de s’alimenter, en cherchant des insectes dans les mousses et les lianes!

 

 

La température redescend doucement, nous finissons la journée avec un coucher de soleil majestueux! Nous sommes au bord de la mer des Caraïbes, sur fond contrastant de la Sierra Nevada de Santa Marta et de son massif qui culmine à près de 6000 mètres!!! La PLUS HAUTE cordillère côtière au MONDE! C’est la région la plus spéciale du voyage… et nous l’explorerons pendant 5 jours, dans 3 jours! À ne pas manquer!

La température redescend doucement, nous finissons la journée avec un coucher de soleil majestueux! Nous sommes au bord de la mer des Caraïbes, sur fond contrastant de la Sierra Nevada de Santa Marta et de son massif qui culmine à près de 6000 mètres!!! La PLUS HAUTE cordillère côtière au MONDE! C’est la région la plus spéciale du voyage… et nous l’explorerons pendant 5 jours, dans 3 jours! À ne pas manquer!